MON HISTOIRE

     A l’âge de 3 ans, la vie me met face à ma première grande expérience. Ma jeune sœur décède. Mais la fratrie sera vite rétablie avec ma deuxième sœur et mon frère. Je grandis, enfouissant cette blessure qui pourtant aura un rôle déterminant dans ma personnalité.

     Je développe très tôt un instinct surprotecteur pour ma famille, qui devient presque pathologique avec les années. Ma relation fusionnelle avec ma mère attise de nombreuses jalousies au sein de mon entourage. Pour fuir cette douleur quotidienne qui me lacère le cœur chaque jour un peu plus, je me réfugie dans la musique, les arts et la nature.

    J’étudie le piano et le violon, que je joue encore aujourd’hui, et je m’évade en écoutant des musiques instrumentales de films. Ces musiques me touchent au plus profond de ma sensibilité.

     Pourtant, coupée de mes rêves les plus profonds, ce sont des études de pharmacie que j’entreprends. Un mal-être profond grandit en moi. Je me sens coupée de ce qui m’anime vraiment: la beauté des rencontres. Prisonnière d’un rôle que je joue malgré moi, j’envisage le suicide comme l’ultime possibilité pour me libérer de cette souffrance.

     C’est à ce moment-là que les Fleurs de Bach sont entrées dans ma vie. Des synchronicités étonnantes se mettent en place. Je rencontre des personnes formidables qui me font voir la vie sous un autre angle. Je vais mieux et décide de tourner la page après 7 ans de comptoir.

       Je suis le cursus agréé par le centre Bach de Grande Bretagne, en 3 niveaux. Je m’installe alors comme thérapeute. Mais plus j’accompagne les autres, plus cette blessure et ce sentiment de rejet se renforcent. N’en aurais-je donc jamais fini avec cette foutue douleur?

     A nouveau au creux de la vague, je me sens dévalorisée, rejetée et la mort resurgit. Mon âme ne pense qu’à s’en aller. Mais ma rencontre avec Alain Vigneau, clown et metteur en scène, va changer mon point de vue là-dessus. 

« Honore cette partie de toi qui veux mourir. Ne la rejette pas mais honore-la. Elle fait partie de ta personnalité. » 

J’ai mis du temps à comprendre…

     Aujourd’hui, je renais à moi-même. J’exprime mes émotions à travers les arts comme la musique ou la peinture. J’ose être. J’ose montrer ma lumière et transcender ma douleur. Peu importe les jugements

        Se libérer de ses chaînes pour vivre la vie qu’on a toujours rêvée, voilà ce que nous devrions tous être capables de faire! 

       Ce sont nos plaies qui nous façonnent et je sais aujourd’hui que sans ma famille, je n’aurai pas pu accomplir cette évolution. Tout dépend du regard que nous portons à la situation. C’est pourquoi, j’aime aujourd’hui partager ces formidables outils avec celles et ceux qui désirent les apprivoiser pour évoluer sur leur chemin.

Ne sommes-nous pas tous des graines de lumière?

Fermer le menu