SHIATSU: UNE TECHNIQUE ANCESTRALE

 Aujourd’hui, je vous propose un article sur le shiatsu. Ayant des douleurs au dos depuis des années, j’ai essayé de nombreuses techniques. Début d’année, j’ai tenté le shiatsu. La sensation d’être « libérée d’un poids sur mes épaules » a été immédiate dès la première séance. Mais j’observe vraiment un résultat durable à partir de la 3e séance et je pratique également des exercices à la maison tous les matins. Voici donc l’interview de Christine Jacquet, praticienne de Shiatsu à Besançon.

Pour commencer, peux-tu te présenter à nos lecteurs?

Je suis praticienne en shiatsu depuis 2010. J’ai validé mon certificat de praticien auprès du Centre Européen de Kiyindo Shiatsu à Strasbourg et de la Fédération Française de Shiatsu Traditionnel après plus de 4 années de formation. Je me suis formée également aux massages bien-être, au Toucher Juste et à la relation d’aide auprès de l’ARTEC, afin d’apporter à mes clients une attention juste et un toucher bienveillant et de pouvoir proposer des soins complémentaires en fonction de leurs besoins. Mon but est d’aider les personnes à se recentrer, à se libérer de leurs tensions physiques et mentales afin de leur permettre de retrouver harmonie et bien-être général afin d’accéder à leurs propres ressources.

Expliques-nous : qu’est-ce que le shiatsu ?

Le shiatsu est une technique de toucher qui vient du Japon et qui se reçoit habillé. Littéralement, shiatsu veut dire « pressions des doigts ». Le praticien utilise essentiellement des pressions et des étirements sur les points d’acupuncture et les méridiens, mais également des frictions, mobilisations, vibrations afin d’apporter une détente complète et de permettre au corps de se rééquilibrer selon les principes de la médecine chinoise. Le shiatsu considère l’individu dans sa globalité et permet une harmonisation énergétique et physiologique générale.

La spécificité du Kiyindo Shiatsu – mis au point par Pierre Clavreux, mon enseignant – est l’analgésie par le toucher pour une action en profondeur ainsi qu’un traitement par zones réflexes. C’est-à-dire que cette pratique s’attache à effectuer un rééquilibrage global sans traiter directement le symptôme qui est considéré comme la manifestation d’un déséquilibre qui vient d’ailleurs. En clair, on n’appuie pas là où ça fait mal !

 

De nos jours, on parle de plus en plus de médecine chinoise. Est-ce que le shiatsu en fait partie ?

Oui, le shiatsu fait partie intégrante de la médecine traditionnelle chinoise, au même titre que l’acupuncture, la pharmacopée, la diététique et les exercices de santé tels que le qi gong ou le tai chi chuan. D’ailleurs le shiatsu est pratiqué en clinique au Japon, où il est reconnu comme une médecine à part entière ayant pour objectif de corriger les irrégularités de l’organisme et de préserver et améliorer la santé.

En Europe, le shiatsu est reconnu comme l’une des huit disciplines alternatives dignes d’intérêt par la résolution européenne du 29 mai 1997, dans le domaine des médecines non conventionnelles.

 

Comment se déroule une séance ?

La séance dure une heure environ. J’ai toujours un entretien en début de séance avec la personne, afin de bien cerner ses besoins et de lui apporter un soin adapté à son état du moment. Je souhaite connaître également ses antécédents médicaux dans le but de déceler d’éventuelles contre-indications ou précautions à prendre. Lors du traitement proprement dit, j’invite la personne à s’exprimer sur son ressenti et à utiliser sa respiration afin d’être en conscience de ses sensations et de se libérer de ses tensions. Je reste à l’écoute par le toucher afin d’adapter les gestes et la pression. Nous avons ensuite un échange verbal durant lequel je peux proposer des conseils de santé selon la médecine chinoise en fonction du bilan énergétique de cette séance.

Quelles sont les manipulations que tu effectues ?

Les gestes varient en fonction de chaque individu et à chaque séance. Globalement, l’entretien me permet de définir une première stratégie et la lecture des points correspondant aux organes me permet de l’affiner. La majorité des gestes sera constituée de pressions et d’étirement qui seront ajustés en fonction du jusha (le receveur). Selon les besoins, je vais plus travailler au niveau articulaire ou musculaire ou rester plus en surface. Dans la plupart des cas, je pratique au sol sur futon et je commence le traitement en demandant à la personne de s’allonger sur le ventre. Mais quand ce n’est pas possible, je m’adapte. Ainsi, je peux pratiquer des séances sur table pour les personnes âgées par exemple ou des shiatsu spécifiques sur le côté pour femmes enceintes. Pour les enfants, les séances seront plus ludiques avec des vibrations, des percussions…

 

J’ai eu recours au shiatsu pour mes douleurs au dos que je traîne depuis des années. Ça m’a complètement déverrouillée! Quelles sont les autres indications où le shiatsu peut s’avérer bénéfique ?

Oui, le Kiyindo Shiatsu est très efficace pour libérer les tensions musculaires et articulaires et réduire la douleur. Il aide aussi à contrer les effets du stress, quelles que soient ses manifestations : anxiété, problèmes de sommeil ou digestifs, maux de tête… car il agit en profondeur au niveau du système nerveux. Le shiatsu favorise aussi une meilleure circulation sanguine et lymphatique et stimule les défenses immunitaires. En bref, il aide à réguler les fonctions physiologiques, favorise la vitalité et le bien-être et s’inscrit dans le cadre de la prévention et de l’entretien de la santé.

 

Y a-t-il des contre-indications à cette pratique ?

Les contre-indications à la pratique sont les troubles cardiaques ou pulmonaires sévères, les maladies graves et les traitements médicaux importants, mais également fièvre, phlébite, hémorragie, état d’ébriété, fracture ou intervention chirurgicale récente. Les autres pathologies sont prises en compte par le praticien qui adaptera la séance.

 

Retrouvez toutes les actualités et les prestations de Christine Jacquet sur son site internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *